Arkheia, revue d'histoire

édito

Par Max Lagarrigue
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°2-3
Auteur : Max Lagarrigue, historien, directeur-fondateur de la revue Arkheia.

(...) Benjamin Wilkomirski. L’autobiographie de ce dernier, intitulée Fragments, a été retirée de la vente par son éditeur allemand qui a formulé des doutes importants sur son authenticité. Les citoyens hélvètes qui ont vite accepté de croire à cette histoire, celle d’un enfant juifs déporté, rescapé et accueilli par la suite en terre de neutralité, se sont-ils laissés réellement abuser ? La culpabilité du pays récemment mise à jour notamment dans l’affaire dite de "l’or" des nazis, n’était-elle pas un lourd fardeau que ce transfuge en quête d’identité médiatique permettait de supporter ?4 Qu’il nous soit également permis dans cet éditorial de répondre à quelques diatribes quant à la conférence - débat que nous avions organisé le 22 septembre dernier autour du Livre noir du communisme à laquelle M. Stéphane Courtois, directeur de recherches au CNRS et co-auteur de l’ouvrage, avait répondu présent. Les adhérents de notre association, nos lecteurs et les autres qui n’avaient pas décidé de boycotter cette conférence auront au moins pu se rendre compte que les clairons qui s’étaient hâtés de qualifier ce chercheur de " chantre de l’anticommunisme hexagonal ", rien que ça, ont pu en toute liberté, tel était le but, exposer leurs propos. Tel fut le cas de notre académicien larrazetois Theau, ancien déporté, qui durant de longues minutes anima un débat d’une rare intensité. Opposé ou non à l’ouvrage, cette conférence-débat comme toutes les autres à venir n’ont pas pour but de viser au consensualisme ambiant mais nolens volens à promouvoir une pluralité de points de vues. Que l’on ne nous taxe ni d’un côté ni de l’autre de l’échiquier politique, nos adhérents sont des deux et les activités d’Arkheia se veulent, nous l’avions déjà dit, une agora œcuménique. L’exemple, s’il fallait encore le démontrer, en est donné dans ce numéro où se côtoient le travail de Mgr Bernard Housset, évêque de Montauban, auquel nous tenons à exprimer nos vifs remerciements pour l’intérêt qu’il a porté dès ses débuts à notre groupe et à ses activités, et l’article qui anime notre rubrique Tribune - débat de Monsieur Henri Caillavet, ancien ministre, farouche laïque qui s’exprime largement dans les colonnes de la revue du Grand Orient de France, Humanisme qui nous expose ici le combat avant-gardiste qu’il mène depuis des années à la présidence de l’association du Droit à Mourir dans la Dignité. La pluralité d’Arkheia s’exprime non seulement dans ses sensibilités spirituelles mais également dans son contenu. Ce numéro 2 ne propose pas moins de trois articles de recherches qui s’étalent de 1790 à 1945. En avant première du colloque international que nous organisons entre le 10 et le 14 mai prochain à Montauban, nous bénéficions d’un extrait indédit de la longue et minutieuse investigation de Michel Rayssac. Ce dernier qui publiera cette année un ouvrage intitulé : "Les Musées sur (...)


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Les suppléments d’Arkheia
Manuel Azana et la question laïque sous la direction de Jean-Pierre Amalric Avec la participation de Patrick Cabanel, Antonio Ferrer Benimelli, Hilari Raguer, Joseph Pérez, Gérard Malgat et Elvire Diaz...Commander le dès aujourd’hui
1940, le Sud-Ouest dans la tourmente
Les insurgés de 1851 dans le Sud-Ouest 1851 ? Ici ? La résistance au coup d’État du 2 Décembre voulu par « Napoléon le Petit » dans une revue consacrée à l’histoire du xx e siècle en Sud-Ouest ? Oui, car la riposte populaire et la répression qui (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia