Arkheia, revue d'histoire

édito

Par Max Lagarrigue
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°2-3
Auteur : Max Lagarrigue, historien, directeur-fondateur de la revue Arkheia.

(...) quatre notables de la petite commune rurale de Larrazet à une époque où l’Alsace-Lorraine avait " constitué pendant près d’un demi-siècle, le ciment de la IIIe République et du patriotisme ".8 Ce document exceptionnel de onze volumes n’est pas l’œuvre de quatre notables qui, ayant eu la chance d’échapper à la mobilisation de juillet 1914, auraient cherché à circonscrire leur désœuvrement dans l’écriture d’un manuscrit collectif. Ce rassemblement n’est pas fortuit et est à l’instigation du ministre radical Albert Sarraut. Ce dernier avait demandé à tous les instituteurs de mettre au jour le jour sur le papier toutes les impressions, les informations de l’arrière. Désintérêt ou souci de rayer de la mémoire un épisode si douloureux, ces carnets de vie n’ont pas été déposés dans les centres d’archives départementales. Quelques rares fragments de cette mémoire collective nationale ont été signalés par Jean-Jacques Becker dans le département de la Charente. La recherche de Guiraud à partir de ces manuscrits larazettois est donc unique. Ces carnets sont également singuliers par l’union des sensibilités qui s’y unissent. Témoignages, mémoires, regard d’un instituteur de la République uni par circonstance au curé du village. Cet article qui perdure notre action en faveur d’une connaissance plus approfondie de la Grande Guerre brisera, si cela était encore nécessaire, les idées reçues sur la mobilisation des soldats français " fleur au fusil, nach Berlin ". Fait significatif du climat de guerre, la suspicion est à son comble et comme on peut le constater pour la mobilisation de 1939, " des bruits que des espions circulent dans le pays " se font jour. Si nous n’en sommes pas encore à l’apparition d’une 5e colonne, tout ce qui rappelle une lointaine germanité est censuré, interdit tel " les affiches du bouillon Kub " ! 9 Pour en finir avec notre riche rubrique recherche, nous publions pour cette deuxième édition d’Arkheia un article en duo dans la continuité thématique de ce que nous avions entrepris dans le numéro précédent. Un travail long et minutieux que Jacques Latu et moi-même, pouvons aujourd’hui mettre à plat grâce, et je me permets de le rappeler ici, à l’aide et au soutien précieux de madame Pascale Marouseau, directrice des archives départementales du Tarn-et-Garonne, qui nous a permis entre autre de reproduire les photographies qui illustrent notre article. Notre recherche, nous l’espérons, mettra un terme à quelques polémiques décidément, elles, bien d’arrière-garde sur la composition de l’état-major F.F.I. de Tarn-et-Garonne. Si Jacques Latu tente ici une difficile reconstitution de la création et de l’itinéraire de l’état-major F.F.I., nécessaire pour comprendre les difficultés de liaisons et d’encadrement, notre article complément à ce nomadisme de survie, tente de donner " un effet de réel " à une histoire parfois dépourvue de chaire humaine. Dans la lignée de (...)


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Toutes les questions et les réponses sur l’Occupation
99 questions... La France sous l’Occupation de Max Lagarrigue. L’indipensable ouvrage pour tout comprendre sur le sujet. Pour le commander cliquez ici
Vichy État occitan ?
L’Armée d’Hitler. La Wehrmacht, les (...) La Wehrmacht fut-elle une organisation militaire qui se contenta d’exécuter avec une remarquable compétence professionnelle les ordres qu’elle reçut ou une armée très politisée ? Fut-elle un îlot (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia